Musée Bernard d'Agesci

Peinture (Beaux-Arts), Sculpture (Beaux-Arts), Arts Décoratifs (Beaux-Arts), Céramique / Poterie / Porcelaine / Faïence (Beaux-Arts), Histoire Naturelle (Environnement), Instruments (Littérature / Musique), Société (Ethnologie)

Le Musée Bernard d’Agesci présente des trésors, clés d’un patrimoine culturel polymorphe, réunis avec intelligence dans un seul lieu, ancien lycée de jeunes filles inauguré en 1897. Ce musée pluridisciplinaire déploie des collections Beaux-Arts d’exception : 600 peintures du XVIe au XXe siècle, des sculptures du XIXe et XXe siècles , un remarquable ensemble de dessins, des collections d’arts décoratifs (émaux, ivoires, orfèvrerie, céramique, textiles, mobilier…), des collections ethnographiques, musiques réunies essentiellement autour du luthier Auguste Tolbecque, des collections militaria, numismatique, lapidaire, histoire naturelle dont des collections ornithologiques et géologiques régionales, une importante section d’ostéologie, un Conservatoire de l’éducation (objets et mobiliers scolaires, appareils scientifiques, cartes, ouvrages et films scolaires, retraçant un siècle et demi d’enseignement). Toutes ces sections Sciences et Arts regroupées invitent le visiteur à partir à la découverte de l’histoire régionale tout en côtoyant des cultures lointaines sous la houlette du plaisir des sens et de la pédagogie. Cabinet de curiosités et lieu de vies, écrin de collections pour un voyage dans les temps.

 

Augustin Bernard dit Bernard d’Agesci (1756-1829)

 

Remarqué par le marquis d’Argenson, il quitte Niort pour Paris puis entre à l’Académie Royale en 1779. Il est l’élève de Restout et de Lagrenée l’Aîné. Il séjourne à la Villa Médicis à Rome. Il obtient un prix à l’académie de Bologne pour l’œuvre la Muse Erato. À son retour en France, il réalise une série de portraits pour la noblesse ou l’aristocratie parisienne. Les événements révolutionnaires l’obligent à rejoindre sa famille à Niort. Il est à l’origine de la première bibliothèque publique de la ville.

 

Créateur des musées de Niort, il dirige, à partir de 1802, l’école de dessin. Il crée le jardin botanique, en assure la décoration sculptée des portes, élève une fontaine place du port, orne le théâtre place de la comédie, envoie à Paris un projet de temple à la gloire de la grande armée, future église de la Madeleine, restaure un certain nombre d’édifices, publics ou privés, exécute des retables.

Son œuvre picturale comprend des portraits, des œuvres religieuses et des sujets mythologiques.

 

Du lycée au musée … un programme politique et social

Le musée Bernard d’Agesci a ouvert ses portes en 2006 sur le site de l’ancien lycée de jeunes filles qui, à l’initiative du maire Martin Bastard, a été réalisé en 1896 / 1897 sur le projet de l’architecte municipal Georges Lasseron (1844-1932).

Beauté du lieu : Georges Lasseron utilise pour la première fois dans un édifice public des faïences décoratives et des terres cuites du plus bel effet sur la façade principale en pierre de taille et sur le plafond de l’entrée.

 



Musée Bernard d'Agesci
26 avenue de Limoges
79000 Niort

05 49 78 72 00


Du 1er octobre au 31 mai : ouvert du mardi au vendredi 10h-13h/14h-17h, jeudi 10h-17h, samedi et dimanche 14h-18h. Du 1er juin au 30 septembre : ouvert du mardi au vendredi 10h-13h/14h-18h, jeudi 10h-20h, samedi et dimanche 14h-19h. Fermé le lundi, 1er mai, 1er novembre, 25 décembre et 1er janvier.


Durée de la visite : 2h
Entrée : 5 € / Billet couplé Musée Bernard d'Agesci + Musée du Donjon : 7 €
Tarif réduit : 4 €
Gratuit : Moins de 25 ans et 1er dimanche du mois


  • Musée de France
  • Visite guidée
  • Atelier enfant
  • Accès handicapé total
  • Parking autocar
  • Boutique / Librairie
  • Wifi
  • Climatisation

Expos temporaires

Accrochage : François Verdier, artiste graveur

Du 01/10/2019 au 03/11/2019
Accrochage : François Verdier, artiste graveur

Le musée Bernard d'Agesci a rassemblé une série de gravures de François Verdier, autour du monde animalier. L’occasion de mettre en valeur la collection d’histoire naturelle et de présenter quelques spécimens en lien avec les oeuvres de l'artiste.

François Verdier est né en 1945 en Dordogne et décédé en 2014 à Niort. On lui doit plus de 1 000 planches gravées au burin et à la pointe-sèche, mais aussi des aquarelles, des dessins et des peintures. C'est une figure emblématique du milieu artistique niortais.

Dès le début des années 70, il se passionne pour la couleur et multiplie les rencontres artistiques enrichissantes qui le sensibilisent à l’importance du dessin. En 1979, il quitte la Dordogne et son métier d’employé de banque pour s’installer à Niort. Il se dirige vers l’estampe et commence à exposer ses oeuvres dans les galeries d’art.

Dès 1982, le muséum d’histoire naturelle de Niort présente ses gravures d’oiseaux. Certaines rejoindront par la suite les collections du musée. En 1983, il est nommé professeur de dessin et de gravure à l’école municipale d’arts plastiques de Niort. S’enchaînent alors expositions, salons, conférences en France et même à l’étranger. Il formera plusieurs générations d’artistes du dessin et de l’estampe.

À la suite d’un voyage en Afrique, il découvre l'intérêt des supports récupérés qu’il travaille avec des outils de fortune. Dans un souci constant de perfection, il retravaille ses plaques de cuivre puis se résout même à les casser pour détourner l’oeuvre originale.

Au sein d’une production qualifiée d’abstraite, François Verdier s’intéresse au monde animalier.

Madame de Maintenon, dans les allées du pouvoir

Du 18/10/2019 au 15/03/2020
Madame de Maintenon, dans les allées du pouvoir

L'exposition retrace les étapes de la vie de Madame de Maintenon (née Françoise d’Aubigné) en une soixantaine d’oeuvres et de documents issus de collections publiques et privées : de sa jeunesse à Niort et Échiré à son entrée à la cour en tant que gouvernante des enfants nés du Roi et de Madame de Montespan.

Née à Niort en 1635, petite-fille d’Agrippa d’Aubigné, elle s’est imposée à Versailles et dans la vie de cour. Elle devient la seconde épouse de Louis XIV en 1683 et s’illustre en tant qu’institutrice de la Maison Royale de Saint-Louis à Saint-Cyr qu’elle fonde en 1686.

Son destin a quelque chose de fascinant par cette ascension rapide et éclatante : son influence politique et morale dans les coulisses du pouvoir pendant 36 années à Versailles est incontestable.

Exposition organisée dans le cadre du tricentenaire de la mort de Madame de Maintenon, en co-production avec l’établissement public du Château, du musée et du domaine national de Versailles.

Actualités

Vacances au musée : Chauve qui peut !

Vacances au musée : Chauve qui peut !

Osez Halloween au musée ! Avec Roussette, la chauve-souris, venez découvrir le mode de vie de ce petit mammifère. Atelier : je crée ma chauve-souris.

Pour les 3-5 ans le mardi 22 octobre 2019 de 15h à 16h30

Pour les 6-8 ans le jeudi 24 octobre 2019 de 14h30 à 16h30

Dans la limite des places disponibles. Réservation conseillée.

Pré-inscrivez-vous en ligne

Cours de l'Ecole du Louvre : Les Cabinets de curiosités

Cours de l'Ecole du Louvre : Les Cabinets de curiosités

L'Ecole du Louvre propose un cycle d'enseignement sur les Cabinets de curiosités, entre découverte et connaissance (XVe-XVIIe siècle).

Cycle thématique de 5 séances d’1 heure 30, les mardis, de 18h à 19h30, par Christel Dupuy, docteur en histoire de l’art de la Renaissance, collaboratrice scientifique de Pierre Rosenberg de l’Académie française.

Licorne, tulipe, corail, momie, médaille, peintures sur pierre… Dès le XVIe siècle, les cabinets de curiosités qui fleurissent à travers l’Europe rassemblent les objets les plus étranges. La fascination pour l’objet, comme par un effet de miroir, révèle l’émerveillement que suscite alors le macrocosme. L’on s’émerveille devant le monde, ce monde dont les frontières ont été repoussées à des horizons lointains, cette Création que l’on cherche à comprendre. L’étude de ces collections de naturalia,"curiosités issues de la nature", et d’artificialia, "merveilles créées par une main humaine, appartenant au domaine de l’art ou de la technique", est une invitation à la découverte d’objets fascinants mais aussi de collectionneurs hors du commun et, somme toute, de collections à l’origine de nos musées modernes.

Mardi 15 octobre 2019 : Curieux de nature : du poisson hérisson à l’oiseau de paradis, de la licorne au bézoard

Mardi 5 novembre 2019 : Tours d’ivoire, nautiles montés sur or : merveilleux « Wunderkammern

Mardi 19 novembre 2019 : Exotica : à la découverte du nouveau monde

Mardi 3 décembre 2019 : Circulation des objets, circulation des connaissances : à l’origine du musée moderne