Château des Adhemar - Centre d'Art Contemporain

Art Contemporain (Art Contemporain / Art Moderne)

Situé à l’emplacement d’une ancienne motte castrale fondée par la famille des Adhémar au 10e siècle, ce palais médiéval a été bâti par la même famille au 12e siècle. Il porte le nom d’une lignée prestigieuse en Provence et en Dauphiné, dont les représentants furent seigneurs de Montélimar pendant plusieurs siècles.

Le site est composé d’un logis seigneurial, d’une chapelle romane, d’une tour carrée et d’une enceinte fortifiée surmontée d’un chemin de ronde. Au fil des siècles, les bâtiments ont connu de nombreuses fonctions : palais, citadelle, prison, lieu culturel public.

Aujourd’hui monument historique classé, propriété du Département de la Drôme, il a fait l’objet de restaurations successives avant d’être ouvert au public en 1983. De 2000 à 2016, il accueille un centre d’art contemporain qui y développe une programmation d’expositions temporaires, accompagnée d’actions culturelles et d’une mission d’éducation artistique dans et hors les murs. Le lieu se prête également à l’accueil de spectacles, rencontres et conférences tout au long de l’année.

En 2017, au terme d’une réflexion de près de deux ans, le Département de la Drôme décide d’un nouvel avenir pour le château, en poursuivant la collaboration fructueuse initiée dès 2016 avec la Ville et l’Agglomération de Montélimar en vue de projets d’expositions mutualisées.

Le Département fait également le choix de maintenir l’accès à ce patrimoine d’exception toute l’année. En dehors de la période d’exposition prévue sur six mois, le château reste ouvert pour les groupes adultes et les groupes scolaires sur réservation.



Plateau de Narbonne
26200 Montélimar

04 75 00 62 30


Ouvert de mai à décembre pour les visiteurs individuels / le reste de l'année ouverture réservée aux groupes. A partir du 18 mai 2018, le château accueille les visiteurs individuels pour une grande exposition d'été, aux horaires habituels (tlj 10h-12h30 et 14h-18h, juillet-août 10h-18h).


Entrée : 6 €
Tarif réduit : 4 €
Gratuit : Moins de 12 ans


  • Visite guidée

Expos temporaires

César - Faces à face

Du 18/05/2019 au 31/12/2019
César - Faces à face

L’œuvre graphique de César est assez peu connu, rarement montré, pourtant il doit être considéré dans sa singularité, car il constitue un pan à part entière de son œuvre. Dans le même temps, il s’inscrit dans un processus qui traverse l’ensemble de sa création et qui relève d’un corps à corps avec la matière. Dans son travail à la mine de plomb, ses arrachages, ses accumulations, les mélanges de techniques, l’expérimentation et la confrontation avec les matériaux demeurent des composantes essentielles de sa création.

L’exposition au MAC abordera ces diverses expérimentations à travers plusieurs thèmes récurrents dans son œuvre et mettra les matériaux et techniques en dialogue, dessins et sculptures, pour donner à voir la cohérence du processus de création de César. Elle s’articulera principalement autour de la collection de Jean Ferrero.

Également au MAC :

Dialogues avec César : Dominique Angel, dessins de sculpteur, exposera également au Musée d'Art Contemporain Saint Martin.

Collection permanente - Donation Boncompain Plusieurs œuvres majeures de l’œuvre gravé de Picasso seront présentées, ainsi qu’un dessin de Raoul Dufy ou encore un portrait de Camille Corot, laissant envisager la diversité de la collection de Pierre Boncompain qui a constitué patiemment un ensemble qui reflète son propre questionnement artistique.

Au Château des Adhémar :

Dialogues avec César - Thibault Franc/Frédérique Nalbandian

L’exposition urbaine - dans Montélimar à partir du 1er juin 2019 : Lilian Bourgeat

Pour Montélimar en 2019, Lilian Bourgeat met la Ville en chantier ! Les différents objets qu’il insère dans le paysage urbain font un clin d’œil à l’opération Cœur de ville, rénovation du centre ancien. Bottes, niveau à bulle, barrières de chantier, mesure double-nœud, brouette mettent en scène les travaux de façon décalée, car il s’agit bien d’un spectacle que l’on peut contempler depuis un banc public. Ces objets bien connus recèlent quelques surprises, leur taille est inhabituelle. A première vue, rien d’anormal, mais en s’approchant le passant rentre dans le monde d’Alice au pays des merveilles, car ces objets sont très réalistes mais beaucoup plus grands qu’à la normale. Imperceptiblement puis progressivement, les œuvres de Lilian Bourgeat sèment le trouble dans notre perception. Le rapport d’échelle s’inverse, le spectateur retombe en enfance, retrouve un regard enchanté et la ville change de dimension.